Gingembre, Zingiber officinale (Zingibéracée)

thumb_le_gingembre___presentation_et_proprietes_2080

Le gingembre fait partie de ces plantes qui sont utilisées par l’Homme depuis des millénaires. Des manuscrits asiatiques (notamment indiens et chinois) attestent de son utilisation il y a 3000 ans de ça, environ. Son commerce c’est fait assez tôt dans le bassin méditerranéen, en passant par la fameuse route des épices. Nous savons également que durant l’Antiquité, le gingembre était surtout utilisé pour ses vertus culinaires. Beaucoup pensaient même que le gingembre était la racine du poivrier, jusqu’à ce que Pline l’Ancien énonce que le gingembre est une espèce complètement différente du poivrier.
D’ailleurs, c’est du latin que notre terme « gingembre » dérive. En effet, en latin, on le nomme zingiber. En arabe, le terme est lexicalement similaire : on le nomme zanjabil

Au Moyen-âge, le gingembre est également utilisé. Et il est, comme d’autres épices, tellement cher qu’il sert de monnaie d’échange.


Pour Hildegarde von Bingen, abbesse du XIIème siècle, auteur de plusieurs manuscrits, et adepte de la médecine qui repose sur les « humeurs » ; le gingembre sert à redonner de la forces aux affaiblis. Ainsi, dans son Causae et Curae, elle énonce ce qui suit :

« Le gingembre est très chaud et se diffuse rapidement. Une personne grasse et en bonne santé n’a pas intérêt à en manger car le gingembre la rendrait stupide, tiède et lascive. En revanche, une personne affaiblie pourra prendre du gingembre réduit en poudre dilué dans une boisson ou incorporé à du pain. »

Ou encore :

« Si une personne souffre d’une forte fièvre, réduire du galanga [qui n’était pas vraiment différencié, chez Hildegarde, du gingembre] en poudre et le donner à boire dissous dans de l’eau. Et cela éteindra l’ardeur de la fièvre. »

Bonne observation que l’on remarque ici, car en effet, comme nous le verront, le gingembre est fébrifuge.

Le gingembre est une plante vivace herbacée. Sa racine, que l’on nomme rhizome est assez épaisse. On distingue le gingembre gris (ou noir) du gingembre blanc. Les deux rhizomes sont identiques. Ce qui diffère est la méthode de conditionnement de la racine. En effet, le gingembre blanc est « blanchi » : c’est-à-dire qu’une couche extérieure est supprimée.
La plante, dans sa globalité, peut atteindre environ 1m50, avec des feuilles lancéolées et odorantes. Ses fleurs, d’un vert pâle forment des épis à l’extrémité des tiges, mais celles-ci ne peuvent servir à la reproduction de la plante. C’est par division du rhizome que l’on parvient à produire différents plants.

Zingiber_officinale

Les rhizomes sont récoltés lorsque les parties aériennes fanent. Ils sont ensuite consommés soit frais, soit secs. Le gingembre peut également être confit dans du sucre ou du vinaigre de riz. Aujourd’hui, on constate que le gingembre est très usité pour ses vertus culinaires dans la cuisine dite « exotique ». Cependant, la redécouverte du soin par les plantes offre au gingembre, une place un peu plus importante dans la pharmacopée.


Les propriétés thérapeutiques du gingembre :

En interne :

Le gingembre, est un apéritif, un stomachique. Mais il est également un antiseptique. Comme le notait Hildegarde, au XIIème siècle, le gingembre est fébrifuge, stimulant et tonique.
Ainsi, le rhizome sera utilisé en cas d’inappétence, ou pour faciliter la digestion. Il prévient également les maladies contagieuses. Il aide également à soigner le rhume, la toux et les troubles respiratoires. Et peut aider à régler les problèmes d’irrigation sanguine (notamment l’impuissance). En effet, le gingembre, étant tonique, permet une meilleure circulation sanguine.



En externe :

Le gingembre est un antalgique, il est alors conseillé contre les douleurs rhumatismales.


Remarques :

Eviter de prendre en interne le gingembre, en cas d’ulcère à l’estomac. L’huile essentielle de gingembre doit-être prise sous avis médical. Les femmes enceintes doivent éviter l’usage de cette huile essentielle.
Le gingembre permet également d’atténuer sensiblement, les nausées.



Sources écrites :

-Larousse, L'Encyclopédie des plantes médicinales, 2001.
-Jean Valnet, L'aromathérapie, se soigner par les huiles essentielles, Le Livre de Poche, 2009.
-Paul Ferris, Les remèdes de santé d'Hildegarde de Bingen, Marabout, 2002.

Sources web :

http://www.phytomania.com/frame1024.htm
http://www.communelangue.com/envois/documents/recherches/philologie/gingembre.pdf
http://www.foodavenue.fr/article/le-gingembre-plus-de-3000-ans-d-histoire.html
http://www.guide-phytosante.org/aphrodisiaques/gingembre/gingembre-histoire-origines.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gingembre

Sources images :

http://www.gralon.net/articles/vignettes/thumb-le-gingembre---presentation-et-proprietes-2080.gif
http://www.grey-panthers.it/wp-content/uploads/2010/07/Zingiber-officinale.jpg